SudCt31

Solidaires Unitaires Démocratiques

Accueil > Luttes actualités > Mercredi 1 juin : la lutte s’amplifie...Tous ensemble nous pouvons faire (...)

Mercredi 1 juin : la lutte s’amplifie...Tous ensemble nous pouvons faire reculer le gouvermedef !!!!

mercredi 1er juin 2016
Facebook Twitter Google+ Partager :  

Des nouveaux secteurs entrent en lutte cette semaine SNCF, RATP, la mobilisation continue dans les raffineries, les ports et le secteur de l’énergie nucléaire. Les égoutiers territoriaux en région parisienne à Ivry sont en grève et essayent d’étendre le mouvement à l’ensemble des incinérateurs de la région. La semaine prochaine le contrôle aérien et Air France entreront en mouvement. Tous les jours des blocages ont lieu sur l’ensemble du territoire sur les voies de communication, devant des entrepôts.

La non réponse du gouvernement à la revendication de retrait de la loi travail si ce n’est pour dire qu’elle sera maintenue quoiqu’il arrive est une provocation envers les salariés de ce pays.

La barre a été fixé par ce gouvernement : « Montrez-nous votre force et on verra après…pour le moment nous n’avons rien vu et pouvons continuer sur la lancée du déni de démocratie, sur la remise en cause des droits des salariés… ».

La situation est claire le gouvernement cherche le combat…A nous de relever le gant…Nous avons la force collective pour le faire reculer à condition de l’utiliser massivement et dans l’unité. Personne ne peut rester spectateur et espérer que la mobilisation des secteurs actuellement en grève sera suffisante. La grève par délégation ne peut marcher car l’intention du gouvernement est clairement de faire plier les salariés de ce pays et de leur faire accepter un recul social sans précédent comme celui qu’a connu récemment les peuples grec, espagnol, italien, anglais etc…Nous sommes regardés par tous les salariés par-delà les frontières qui connaissent des mesures antisociales de même nature mais aussi par les patronats de ces pays qui ont tout intérêt à ce que l’on plie pour qu’ils puissent continuer à faire payer la crise à leurs salariés.